La Maison de Madagascar

La Maison de Madagascar en Suisse: Infos et voyages.

Malaria/Paludisme


Notons tout d’abord que Malaria (de l’italien mal’aria, mauvais air) et Paludisme (du latin palus, paludis, marais) sont deux termes décrivant la même maladie : une parasitose due à un protozoaire transmis par la piqûre d’un moustique et qui provoque des fièvres intermittentes.

Question de Kathrin Z. :
Notre voyage à Madagascar s’approche à grands pas et nous nous en réjouissons beaucoup ! Mais la problématique de la prophylaxie pour la malaria nous préoccupe. Initialement nous avions prévu de ne pas prendre de prophylaxie et de nous protéger au moyen de vêtements adéquats et d’Anti-Brumm. Et de ne prendre des médicaments qu’en cas de crise éventuelle. La visite auprès de notre médecin de famille nous a pourtant perturbés. Celle-ci nous recommande fortement une prophylaxie.

Voici ma question : quelle est votre expérience et comment vous protégez-vous contre la malaria ? Naturellement, vous ne pouvez pas nous donner de conseil médical, mais votre expérience à ce sujet m’intéresserait.

Un grand merci de votre aide !

Notre réponse :
Chère Kathrin Z.

Je ne suis effectivement pas médecin, mais ethnologue, et je ne peux évidemment pas vous donner de conseil médical. Toutefois, il est vrai que depuis plus de 30 ans je me déplace en Afrique et à Madagascar, et ceci souvent dans des endroits très reculés. J’ai déjà eu moi-même plusieurs fois la malaria – et je suis toujours là.

Mon avis personnel est le suivant : il ne faut pas sous-estimer la malaria, elle reste l’une des 5 maladies les plus dangereuses en Afrique. Et souvent, les gens malnutris ou sous-alimentés en meurent. S’ils étaient en bonne santé, ce ne serait généralement pas le cas.

Il faut également mentionner que toutes les régions ne sont pas forcément touchées, ni durant toute l’année. J’ai aussi souvent constaté que les gens qui prenaient une prophylaxie contre la malaria, montraient souvent des douleurs durant le voyage (maux de ventre, instabilité psychique). J’ai aussi observé qu’ils prenaient rapidement leur médicament contre la malaria, dès qu’ils sentaient un mal de tête, indépendamment du fait que celui-ci pouvaient avoir une autre origine. D’autre part, il existe sur place à Madagascar médecins et médicament contre le paludisme, et en la matière, les médecins, ainsi que la population, sont très habitués à traiter cette maladie.

Pour ma part, je procède ainsi : je me protège avec de l’Antibrumm (forte, flacon rouge) et avec des spirales anti-moustiques, que l’on peut acheter à Madagascar dans n’importe quelle épicerie de quartier. L’on peut également veiller à se protéger avant de se faire piquer : manches longues, moustiquaires. Lorsque je voyage à Madagascar, je ne prends pas de prophylaxie, mais j’emmène avec moi une dose curative d’anti-paludique ou une moustiquaire.

Sachez également que le risque d’avoir un accident et de mourir dans un Taxi-Brousse est bien plus grand à Madagascar que de mourir de la malaria… Et là, il est très important de réfléchir avec quel moyen de transport l’on envisage de se déplacer.

Pour toute autre question, appelez-moi ! Mais je vous répète expressément que les indications ci-dessus ne reflètent que mon expérience personnelle et ne sont pas des recommandations de voyage ! Pour des conseils médicaux, il faut vous adresser à une personne compétente en la matière.

Avec les cordiales salutations de la Maison de Madagascar à Bâle

Franz Stadelmann (11. 09. 2012)

(traduction libre, texte original en allemand : www.madagaskarhaus.ch/blog/category/malaria/ )

Print Friendly