Instantanés de voyage au Sénégal

Dans cette rubrique « Instantanés de voyage au Sénégal » , nous vous proposons quelques instantanés, réflexions, observations – ou expériences ! – faites par Carole lors de ses nombreux voyages au Sénégal, et de ses longs séjours sur place…

Ils vous aideront, dans le cadre de votre prochain voyage au Sénégal, de mieux appréhender le quotidien des Sénégalais, voire de découvrir des facettes de la vie locale, que l’on ne mentionne généralement pas dans les guides !

Bonne lecture et …. Bon voyage au Sénégal !

Bonne continuation !

Au Sénégal, mais plus particulièrement à Dakar, l’on trouve énormément de vendeurs « à la sauvette » : des vendeurs qui transportent un nombre incroyable de marchandises sur leurs bras, dans leur dos, sur leur tête… Cela va des savates en plastique, des piles et lampes de poche, des éventails de toutes sortes (il fait chaud dans une voiture sans climatisation !), aux jouets pour enfants, voir même aux ventilateurs sur pied !

Ces marchands ambulants cherchent à vendre leurs articles aux passants, ainsi qu’aux automobilistes coincés dans les innombrables embouteillages des grandes villes…

Tous les matins, les quartiers animés de la ville voient déferler ces vendeurs à pied, à la recherche de clients potentiels… puis en fin d’après-midi, ils repartent vers la périphérie, à suivant le flux des travailleurs qui rentrent chez eux…

Ce travail ingrat – marcher des heures durant le long des rues bondées, sous un soleil parfois de plomb, dans la pollution des véhicules de toutes sortes – est exercé par un très grand nombre de gens pour lesquels il ne représente souvent que le seul moyen de subsistance à leur portée…

Dans les quartiers « plus calmes » du centre-ville, on voit aussi d’autres marchands ambulants qui attendent patiemment… le touriste… Là, les articles sont plus « luxueux » : il s’agit de petit artisanat, de colliers en (fausses) pierres, de bracelets ou boucles d’oreilles..

Et dès qu’un visiteur étranger débarque d’un taxi ou à pied (eh oui, on ne peut y échapper… nous sommes repérés loin à la ronde !!), les voilà qui s’approchent !

« Alors Madame Dakar ou – ça varie – Belle Gazelle – comment ça va ? Regarde ce beau collier, unique, pas cher ! ».

Un premier conseil : ne jamais rien acheter à ces vendeurs à la sauvette. Privilégiez toujours l’achat dans une boutique, un magasin, ou encore au marché artisanal. Pas dans la rue.

Ceci dit, comment se débarrasser élégamment et – plus ou moins – rapidement de ces « moustiques sénégalais » comme ils s’appellent eux-mêmes ?

« On est comme les moustiques sénégalais, on fait du bruit, mais on ne pique pas !! » disent-ils le plus souvent, avec un grand sourire !

Le mieux est d’être ferme, franc – de les regarder dans les yeux – et de dire Non, merci, vous aussi avec un grand sourire !

Il ne faut surtout pas faire semblant d’être intéressé, ni dire « plus tard, demain, peut-être »..

Arrive alors la seconde partie de l’approche sénégalaise : le sentiment …

Et là, attention à ne pas vous faire attendrir ! (cela m’est arrivé… une fois… pas deux !!!)

«Madame Dakar, j’ai mon enfant malade, donne-moi juste 1 ou 2 euros pour les médicaments », ou mieux encore

« Tu sais, je vais bientôt baptiser ma petite fille, et je n’ai pas assez pour lui offrir une jolie robe, regarde sa photo… »

et il nous montre sur son téléphone une a d o r a b l e petite fille sénégalais avec ses tresses aux perles colorées qui nous fait évidemment fondre.. (parfois ce sont des jumelles… souvent des filles 😉 bien sûr, elles sont trop mignonnes ! Et c’est là que j’ai craqué…).

On a le malheur de sortir son porte-monnaie, pensant donner une pièce… et làà.. il voit le petit billet de 5 euros qu’on a malencontreusement oublié de cacher… « oh mais donne moi tes 5 euros là, c’est rien pour toi, ça… »

Bon, on donne ce petit billet de rien du tout, il le prend à la vitesse de l’éclair et… sans un merci, ni un seul regard, il s’en va en criant son succès à la ronde (en wolof évidemment ; on ne comprend pas, mais ce dont on est sûre est que toute la rue est au courant que l’on s’est faite avoir !! Il nous suffit de regarder les sourires et les visages des autres vendeurs !).

En conclusion, indispensable d’être ferme – mais pas agressif – , de dire avec un grand sourire en regardant le marchand dans les yeux, Non Merci et d’ajouter gentiment :

« Je (te) vous souhaite une bonne continuation »…

Ce qui veut dire qu’on lui souhaite avec respect une bonne chance dans sa vente de la journée, et qu’on appelle une certaine bénédiction sur lui…

Ce conseil avisé m’a été donné par un collègue et ami sénégalais et, je vous assure, ça marche à tous les coups !

Print Friendly