Réserve Spéciale Bezà-Mahafaly

Les Aires Protégées de Madagascar. Du Sud. Réserve Spéciale Bezà-Mahafaly

Ici vous pouvez trouver plus de parcs protégés

Identité :

  • 4199 ha
  • Création : 1986
  • Changement de limite en 2015
  • Gestion: Madagascar National Park/MNP

Infrastructures et Accès :

  • L’AP de Bezà Mahafaly est formée de 2 parcelles.
  • Accès possible à partir de Toliara vers Andranovory (70 km) puis, vers le Sud. A 90 km sur la RN10 (Taolagnaro-Betioky) prendre la route vers Analafaly, vers le village de Miary avant d’arriver à l’AP.
  • Bureau de liaison à Betioky Atsimo.
  • Musée scientifique et un bâtiment d’accueil équipé à Bezà Mahafaly.
  • Gîte d’étape équipé et site de camping (9 abris tentes).
  • 2 circuits touristiques de 1,5 km chacun.

Climat – Faune et Flore :

  • Climat subaride du Sud-Ouest : saison froide entre juin et août avec une température de 12°C et saison chaude de septembre à novembre avec un pic de plus de 35°C – saison pluvieuse entre novembre et avril.
  • Dans la parcelle I, le long de la rivière Sakamena, l’on rencontre une forêt galerie. Et la parcelle II, est dominée par un fourré épineux.
  • Le site abrite plusieurs espèces ligneuses : Acacia rovumae, albizia polyphylia, Tamarindus indica, Ficus grevei, Breonadia salicina, Grewia fransiscana (endémique local)
  • Seule AP contenant une forêt galerie dans l’écorégion Sud de l’île et abritant des lémuriens diurnes (propithecus verreauxii verrreauxii et lemur catta) facilementobservables de près (à 4 m).
  • Site favorable pour les touristes scientifiques.

Culture et Pratiques socio-économiques :

Réserve Spéciale Bezà-Mahafaly

Réserve Spéciale Bezà-Mahafaly

  • Habitée par les Mahafaly.
  • Différents tombeaux se trouvent dans l’AP dont celui d’un ancien roi.
  • La forêt procure à la population  l’occasion de faire la chasse et la collecte de produits forestiers pour le marché local.
  • La forêt sert de refuge au bétail contre les  malaso ou dahalo et est sujette à la coupe illicite des arbres forestiers.
  • De 1996 à 2016, la perte de la forêt est de  5,9%.

 

 

 

Print Friendly