Parc National de Nosy Hara

Les Aires Protégées de Madagascar de la Région Nord. Parc National de Nosy Hara

Ici vous pouvez trouver plus de parcs protégés

Identité :

  • 125 471 ha
  • Créé en 2011
  • Gestionnaire : Madagascar National Park

Infrastructures et Accès :

  • Parc National de Nosy HaraSitué au large de la côte Nord-Ouest de Madagascar, dans la région DIANA, le Parc National de Nosy Hara est composé de 12 îlots. Il inclut un parc marin.
  • L’aire protégée a une superficie de 125 471 ha dont 122 827 ha pour la parcelle 1 qui inclut la Baie de courrier et l’archipel de Nosy Hara, 1437 ha pour la parcelle 2 qui inclut Nosy Faty et 628 ha pour la parcelle 3 qui comporte Nosy Agnabo.
  • Chacune de ses îles est formée de calcaire fortement érodé, donnant lieu à certains endroits à des formations karstiques,
  • C’est une Zone-clé pour la Biodiversité de la Nouvelle Aire Protégée de l’Archipel Cap Anorontany.
  • Le gestionnaire possède un bureau administratif à Ampasindava et deux bureaux de secteurs, celui du Nord à Lalandakana et celui du Sud à Befotaka.  Il existe 6 postes de garde à Befotaka, Lalandakana, Mangaoka, Nosy Hao, Nosy Hara et Nosy Lakandava.
  • Un bureau d’accueil et un centre de d’interprétation se trouvent à Ampasindava. Un site de camping équipé existe à Nosy Hara : Anjavavy Camp (7 places de tentes non abritées, 3 abris tentes) ; à Nosy Andatsara le lodge Camp Corail est géré par un opérateur privé (www. Newsearoc.com) qui entretient des voies d’escalades équipées.
  • Les modalités de visite et de séjour sont à discuter avec les guides sur place, à l’entrée des sites.
  • 3 réseaux de circuits touristiques de 5,7 km sont aménagés sur Nosy Hara : le circuit Brookesia, 700m, le circuit Tsingy Mitsiry 3 km et le circuit Falaise, 2 km. Avec des aires de repos et des points de vue.
  • Le site est accessible par bateau.  D’abord par la route d’Anamakia d’Antsiranana en passant par Mangoaka vers Ampasindava (Baie du Courrier) où les bateaux sont disponibles. D’Antananarivo par la RN4 jusqu’à Ambondromamy, puis la RN6 jusqu’à Antsiranana et prendre la route vers la Baie de Courrier pour Ampasindava.

Climat – Faune et Flore :

  • L’AP est dominée par le climat sec de la partie Nord de celui des Hautes Terres Centrales. Il pleut entre novembre et avril. La saison froide court de juin à août avec une température minima de 18,6°C et la saison la plus chaude de décembre à février avec un pic de température allant jusqu’à 35°C de septembre à novembre.
  • La végétation de l’AP est conditionnée par son climat sec et l’alizé persistant durant 9 mois. Les formations végétales vont de la forêt dense sèche à une végétation rupicole xérophile sur les tsingy. La forêt dense sèche est sacrée à Ambatorara (150 ha), elle est également présente à Ironana et sur les versants calcaires du littoral bordant le parc. La forêt comprend principalement les arbres Andasonia suarezensis, Commiphora et A Nosy Hara, la forêt s’est développée dans les canyons et y est dense humide. Les plantes comme Aloe, Adenia, Cynanchum, Pachypodium, Euphorbia et quelques Andasonia existent sur les plateaux calcaires. L’on rencontre une forêt littorale à Nosy Hara ainsi que des mangroves (Andranomavo, Ankingameloka et Ampasindava). Sur les 8 espèces de palétuviers malagasy, seul Heritiera y est absent.
  • La seule plante endémique présente à Nosy Hara est Sphaeroepalaceae dont Rhopalocarpus suarezensis.
  • Concernant la faune, Nosy Hara abrite principalement 45 espèces d’oiseaux et 19 espèces de reptiles, dont l’espèce endémique Brookesia micra, reconnu comme le plus petit caméléon du monde, 2 espèces de vertébrés dont Stumpffia hara est également endémique de l’AP. Le lémurien Cheirogaleus sp a, quant à lui, été introduit dans l’AP.

Culture et Pratiques socio-économiques :

  • La population du Parc National de Nosy Hara est composée d’Antakarana et de Sakalava.
  • Certains sites sont sacrés et abritent des tombeaux.
  • Les menacent qui pèsent sur l’AP sont la coupe sélective de mangroves, l’ancrage non autorisé des bateaux dans les zones de corail et d’herbier, la pêche illicite et le braconnage de tortues marines.
Print Friendly, PDF & Email