Antalaha 1968

Le Guide Bleu dit ce qui suit au sujet d’Antalaha en 1968 :

Madagascar_Guide Bleu S. 224-225_Antalaha 1968

ANTALAHA (avion pour Andapa, Sambava, Diégo, et pour Tamatave et Tananarive; hôt. Océan Plage, 11 ch. en bungalow, bains et douches, tél. 87; – Nouvel-Hôtel, 3 ch., douches; P. T. T., 15500 hab., Préfecture de la province de Diégo-Suarez, est bâtie sur le sable, le long de la côte, à une trentaine de kilomètres au N .-0 . du Cap Est, le point le plus oriental de la côte malgache.

Voir:

1. A ANTALAHA-VILLE. Promenade du bord de mer entre la résidence et le port de batelage; – station météorologique située sur un mamelon, à l’O. de la ville (*panorama magnifique sur la ville entière, ses environs immédiats et la rade foraine).

2. Aux ENVI­RONS D’ANTALAHA.

– La *vallée de l‘ Ankavanana (praticable en jeep jusqu’à Sarahandrano, à env. 70 km) est l’une des promenades les plus touristiques de Madagascar; la vallée est de plus en plus encaissée à mesure que l’on approche d‘ Andapa (on peut s’y rendre à pied), et le paysage forestier est magnifiquement sauvage; de peuple­ ment récent, la région offre de nombreuses possibilités de ravitaille­ ment;

– le phare de Cap-Est (40 km S. d’Antalaha) est un site historique : c’est là qu’eurent lieu les premières implantations européennes sur la côte orientale; l’aventurier Benyowski y fut tué au XYIIIè s. (sa tombe n’a jamais été retrouvée); il est recommandé de longer la côte en pirogue à voile, à l’abri du récif où l’on pourra pratiquer la pêche sous-marine (ravitaillement possible à  Ambohitralanana, à 35 km d‘ Antalaha;

– station d’essai de la vanille, à 20 km sur  la route de Maromandia;

– le lac  d’Ampahana (à 20 km, sur la route de Sambava), déversoir de plusieurs petites rivières, séparé de la mer par une petite langue de terre, c’est le paradis des chasseurs de sauvagine; on peut se procurer pirogues et piroguiers au village d’Ampahana (s’adresser au chef de canton); le gibier d’eau comprend de nombreuses sarcelles, parfois difficiles à approcher, des canards à bosse et des oies sauvages; nombreux crocodiles; pêche abondantes (crabes).
(source : Guide Bleu Madagascar 1968 page 225)

Print Friendly