Schlagwort-Archiv: street food

Street food à Antananarivo Madagascar

Je m’appelle Tiaray. Aujourd’hui, je vais vous présenter le thème « STREET FOOD à Antananarivo, la capitale de MADAGASCAR ».

Madagascar est une île de l’Océan indien. Située à l’Est du continent africain, elle est bordée à l’ouest par le canal de Mozambique et à l’est par l’Océan indien.

L’île s’étend sur une longueur Nord-Sud de 1590 km et une largeur Est-Ouest de 590 km, avec une superficie totale de 592.000 km2. La population est estimée à 22 millions d’habitants.

La capitale, Antananarivo, qui veut dire la ville des mille, engrange plusieurs systèmes de bouffe rapide dont le « STREET FOOD » que nous allons vous dévoiler, maintenant, sous ses diverses facettes.

Vous allez découvrir les goûts et les réalités quotidiennes que vit le peuple malagasy pour trouver de quoi remplir son ventre.

Nous vous emmenons dans 3 quartiers très fréquentés de la ville dont Anosy (le quartier ministériel), les 67 Ha où l’on peut facilement rencontrer les habitants des 18 ethnies du pays et enfin, Analakely, le cœur de la capitale.

Nous sommes à Anosy, au marché de Soamanatombo. Pour un petit déjeuner pris à la va-vite, le Malagasy arrive à ne pas manger un plat de riz. Les lève-tôt peuvent, à 5h, 4h et voire même à 3h du matin, se contenter  d’une tasse de thé ou de café (avec ou sans lait), accompagnée de Mofogasy, de Ramanonaka ou de Menakely qui sont fabriqués avec de la farine de riz. Vous voyez, le riz est toujours présent. Nous ne pouvons pas nous en passer.

Et s’il n’est pas très pressé, un bon Malagasy prend un ou deux plats de vary amin’anana, avec 5 à 10 centimètres de kitoza ou de saucisse en guise de petit déjeuner. Et cela se termine toujours avec une tasse de thé ou café (avec ou sans lait).

Et il y en a d’autres qui prennent des soupes bouillantes telles que Lasopy jarret, Lasopy légumes ou Lasopy dite chinoise et pourtant faite maison et à la malagasy. (La soupe se traduit « Lasopy » en malagasy)

En milieu de journée et pour tromper la faim, il grignote des sortes d’amuse-bouche comme les Caca pigeon (croquettes), des Masikita (brochettes) ou encore du Kaomposé (« composé » – une sorte d’entrée locale à base de carotte ou achards carotte, de pomme de terre et de betterave cuite à la vapeur ; on mélange le tout avec de la mayonnaise).

Avant tout, il faut d’abord comprendre que nous, les Malagasy, sommes de grands mangeurs de riz ; 3 fois par jour, si possible et si on a le temps. Mais pour le déjeuner, on prend du riz dur et sec, cuit contrairement à celui qu’on prend au petit déjeuner, vous vous souvenez du Vary aminanana ?

Il est midi et demi et c’est l’heure du déjeuner. Tout est déjà prêt depuis 10 heures du matin et on attend juste que les clients viennent commander.

Nous sommes à Anosy, toujours au marché de Soamanatombo. Ici, il y a tout ce dont on a besoin ! Nous, les Malagasy, aimons manger le riz avec plusieurs sortes d’accompagnement.  Généralement, ces accompagnements sont à base de viande de porc, de zébu ou de poisson et sont mélangés avec diverses variétés de grains secs dont les haricots, les pois du cap, les pois de Bambara (Voanjobory) ou les lentilles (Voanemba, Tsiasisa). Les viandes peuvent aussi être mélangées avec des légumes tels que les choux, la carotte, la cristophine ou tout simplement avec des brèdes endémiques comme l’Anamalaho, et l’Anamadinika, qui poussent naturellement dans les champs. Hum, « Matsiro ! » C’est délicieux non ?

Dans ce système de Street Food, le prix d’un plat de riz varie de 2000 à 3000 Ariary, soit moins d’un euro. L’Ariary est notre monnaie nationale. Et actuellement, un euro est équivalent à 4600 Ariary.

Et nous disons MAZOTOA !! (qui se prononce « MAZTOU »). Ce qui signifie « Bon appétit »

Pour le dessert, à part la banane que l’on trouve tout au long de l’année, on a toujours des fruits de saison que l’on peut transformer en salade de fruits (mélange d’au moins 3 sortes de fruits) comme la banane mélangée avec de la pastèque, de la papaye ou de la mangue. C’est à vous de faire le choix. C’est délicieux non ?

Mais je veux préciser que tous ces aliments que j’ai cités sont tous préparés avec soin et vous pouvez les manger tout de suite. Vous n’avez pas besoin d’attendre, on vous les sert rapidement.

Pour se détendre en fin d’après-midi, et en Afterwork, on se retrouve pour manger des grillades et des brochettes. Allez au 67 Ha, chez « Super Milomboko », la bonne adresse à ne pas rater. Et dégustez « chez Abdoul », le Pakopako, une sorte de crêpe souple et tendre mais dans la pâte est quand même beaucoup plus épaisse. C’est une spécialité de la partie Nord de Madagascar mais qui est très prisée dans la capitale. On le mange avec des rondelles de concombre finement tranchées (achards de concombre) et du Moussakiki (brochette de viande de zébu). Ces diverses recettes sont accompagnées de boissons de la société STAR, dont la fameuse bière THB, internationalement connue.

Vous voyez, outre les boissons comme le Fanta, le Soda ou encore le Coca cola, on a également le jus frais de Vesou. C’est du jus de canne à sucre accompagné de zeste de citron ou de gingembre, pour donner un peu de goût. Après le dur travail de la journée ou la routine quotidienne, on a besoin d’un peu de sucre pour renouveler notre énergie. Et voilà le Vesou ! C’est un délice ! Et c’est énergisant, je vous assure ! Vous en trouverez à Analakely, le cœur de la capitale. Et je vous invite d’y goûter. Je vous recommande même de goûter toutes ces recettes une fois que vous passiez à Tana.

Notre émission touche à sa fin. Je vous remercie de l’avoir suivie et j’espère que cela vous a plu.

Je vous souhaite une merveilleuse année 2021. Merci et à très bientôt !

Tiray, guide de l’agence PRIORI à Antananarivo