Kategorie-Archiv: itinéraires

Voandalana à Madagascar

Aujourd’hui, je vais vous parler d’une des traditions familiales à Madagascar. Il s’agit du «Voandalana».

Le mot «voandalana» vient de deux mots malgaches, «voa » qui signifie «fruit» et «lalana» ou «route». Littéralement ce mot «voandalana» signifie : «le fruit de la route» ou «le fruit du voyage». Le voandalana est donc un genre de «cadeau» qu’on apporte à la famille après le voyage.

Lorsqu’un membre de la famille malgache part en voyage, on dit «soava dia» ou «bon voyage», et quand il rentrera, la fameuse question qu’on pose, c’est «où sont les voandalana ?». Pour nous, les malgaches, il est indispensable de ramener un petit quelque chose à la maison quand on rentre d’un voyage ; que ce soit un long voyage à l’étranger, ou bien une simple visite chez les autres familles à la campagne ou dans les autres villes.

Par contre, le voandalana ne doit forcement pas être un objet de grande valeur mais c’est plutôt un petit truc qu’on achète en route; comme des fruits, des légumes, des statuettes, des jolis paniers en rafia, … Ce petite geste montre que, même si on était loin de nos familles, on ne les a pas oublié.

Et la plupart des choses que l’on ramène dépend de la région ou de l’endroit d’où on vient.

Par exemple, si on vient du sud de Madagascar, on peut apporter du vin d’Ambalavao, car cette petite ville est très réputée pour leurs vignobles. Les marqueteries et les sculptures en bois du village d’Ambositra vont très bien comme cadeau pour la famille.

Dans la région volcanique de Vakinankaratra, on peut acheter différents fruits et légumes selon la saison, tels que des pommes, des poires, des oranges, des carottes, des pommes de terre…

Sur la côte est de l’île, on peut acheter des fruits tropicaux à un prix modéré comme des pommes cannelles, des corossols, le genre de banane, qu’on appelle «ranjaly», des cocos,… La partie est de Madagascar est aussi très connue pour ses épices telles que la vanille, le poivre, la cannelle, …

Au bord de la route nationale 6 dans le nord de l’île, les marchands proposent différents voandalana pour les voyageurs tels que les fruits séchés, des achards confits et des bouteilles artisanales colorées avec des peintures en sable pour la décoration de maison.

La partie ouest de Madagascar est surtout connue par la fameuse «allée de Baobab». Donc ce serait bien qu’on apporte des fruits de baobabs comme cadeau, lorsqu’on revient de Morondava.

Voilà, on trouve beaucoup de choses intéressantes à Madagascar. Et si vous voulez savoir plus sur notre culture, n’hésitez pas à nous contacter, nous serons ravis d’organiser votre voyage à Madagascar.

A bientôt !

Manakara – Mananjary

2650 – Manakara – Mananjary

De Manakara, en allant vers le Nord-Ouest, en passant à l’intérieur des Hautes terres, puis vers le Nord-Est jusqu’à la ville de Mananjary.

En chemin, nous visitons une plantation d’épices tout en profitant de respirer l’air frais de la campagne. Et avec un peu de chance, nous trouverons des orpailleurs sur l’une des nombreuses rivières, entre Manakara et Mananjary. En effet, cette région est réputée pour l’exploitation de l’or.

Après un séjour à Manakara et une excursion sur le canal des Pangalanes, nous prenons la route nationale 12 jusqu’à la ville d’Irondro, située à environ 120 km.

En route, nous nous arrêtons devant une plantation d’épices. Nous faisons la connaissance du propriétaire des lieux. Et c’est avec plaisir et fierté qu’il nous montre les diverses épices de sa plantation.

Madagascar est également réputée comme étant l’île aux épices. Le poivre, le clou de girofle, la cannelle et la vanille sont très prisés et exportés.

Les Malgaches utilisent beaucoup les épices pour cuisiner et pour assaisonner leurs plats. Pour de nombreux Malgaches, la nourriture n’a pas de goût s’il n’y a pas de « Sakay ». Sakay est un mot malgache qui signifie « épicé ». Généralement, c’est un condiment avec plusieurs sortes d’épices dont la base est le piment.

Manakara – Mananjary
Durant ce trajet, nous traversons plusieurs rivières et nous pouvons voir de nombreuses personnes chercher de l’or sur les berges. Beaucoup de familles font ce travail comme principale source de revenus. Malheureusement, malgré un travail acharné, des heures les pieds dans l’eau et sous un soleil qui tape, ces orpailleurs ne gagnent pas beaucoup. Pourtant, beaucoup rêvent de devenir riches … Et d’autres se limitent à penser qu’au lendemain et à la manière de survire.

Les femmes aident aussi leurs maris à chercher de l’or. Et même leurs enfants s’y mettent. Toutefois, les enfants, dont les parents ont la possibilité de les envoyer à l’école la semaine, ne viennent aider que le weekend.

Il faut savoir, qu’à Madagascar, plus d’un million d’enfants ne vont pas à l’école. Dès leur plus jeune âge, ils aident leurs parents dans les champs et sur les rivières.

Manakara – Mananjary
Sur toutes les côtes de Madagascar, les femmes ont un « maquillage spécial » ou plutôt un masque d’une beauté exceptionnelle. Madagascar est un pays où le soleil est toujours au rendez-vous. Et les femmes malgaches sur les côtes veulent protéger leur visage contre le soleil. A cet effet, elles utilisent du bois de santal ou « Masonjoany », en malgache. Ce petit arbre pousse principalement sur la côte Ouest de Madagascar. Les femmes utilisent la poudre du bois de santal comme masque facial pour protéger leur visage des rayons UV, pour raffermir la peau et pour prévenir des rides. Les crèmes sont faites maison et chaque femme a sa propre recette. Avec cette crème de beauté malgache, on peut peindre différents motifs sur le visage. Les motifs sont souvent à base de fleurs ou de feuilles. Et ils sont joliment dessinés sur le front et les joues. Ces masques faciaux sont une tradition courante sur les côtes Ouest et Sud de la grande île.

De nos jours, le bois de santal est également utilisé dans les cosmétiques.

A partir d’Irondro, il ne reste plus qu’environ 50 km pour atteindre Mananjary, qui signifie ville endormie en malgache.

Janvier 2021
Texte écrit par: Koloina PRIORI Antananarivo
Rédigé par Bettina PRIORI Madagaskarhaus Basel